Favoris de ManuXVIII

😆 Un fauteuil pour deux

Ombre: 'Tain j'ai halluciné aujourd'hui x)
Théo: Keskisepassenkor ?
Ombre: Comme je déménage, j'ai cherché à vendre mon fauteuil, je pouvais pas l'emmener :'(
Théo: (Mon pauvre petit)
Ombre: Du coup je poste sur le groupe facebook de mon école d'ingé "Blabla fauteuil à vendre à venir chercher au..."
Ombre: Une meuf répond, me dit qu'elle passe demain mais me demande si je pourrais lui filer un coup de main parce qu'elle habite dans une autre résidence et faudra l'aider à le porter
Ombre: Ok, pas de soucis
Ombre: Le lendemain, personne, je lui envois un message, elle répond pas
Ombre: Je lui renvois un message le surlendemain
Ombre: Je me dis okay, elle a changé d'avis, mais elle pourrait au moins me le dire merde
Théo: ...
Ombre: Et genre 2 jours aprĂšs (aujourd'hui quoi), elle se pointe, toute souriante
Ombre: "Salut, finalement j'ai pris le fauteuil de quelqu'un d'autre dans ta résidence, il était moins cher et le fauteuil est mieux. Par contre la personne est pas dispo pour l'emmener chez moi, t'es toujours ok pour me filer un coup de main ?"
Ombre: LA MEUF
Ombre: ME POSE UN LAPIN
Ombre: NE REPOND PAS A MES MESSAGES
Ombre: NE PREND PAS MON FAUTEUIL
Ombre: ET ELLE ME DEMANDE DE L'AIDER A PORTER UN AUTRE FAUTEUIL JUSQUE DANS SA RESIDENCE
Théo: Tu lui as claqué la porte au nez j'espÚre ?
Ombre: Non, j'ai fait mieux que ça.
Ombre: Je l'ai aidé sur un tiers du chemin puis j'ai posé le fauteuil dans la rue et je lui ai dit "Allez maintenant, démerdes-toi"
Ombre: Et je suis parti comme un prince
Théo: Machiavélique.
Ombre: 100 mĂštres plus loin Je l'entendais toujours gueuler :D
Score : 1453 / 15711 commentaires

Il voulait du thĂ© đŸ”đŸ˜Ź

@Lorien_Angmar: Je viens de prendre un rdv pour me faire installer la fibre. Ça me rappelle que la derniĂšre fois que j'ai reçu un technicien pour la fibre, il m'est arrivĂ©e une histoire qui rĂ©sume Ă  elle-seule l'inutilitĂ© de ma vie.
@Lorien_Angmar: J'avais 19 ans. J'étais jeune et belle (non), et heureuse d'avoir la fibre chez moi. J'accueille le technicien, je vous passe les détails, bref. Il part chercher un truc dans sa voiture. Je laisse la porte de l'appart grande ouverte pour qu'il puisse circuler comme il veut.
@Lorien_Angmar: Le mec revient, et lĂ  SURPRISE : il est pas tout seul. Un mec le suit, un grand black, qui enlĂšve ses chaussures avant d'entrer dans mon appart. Comme le technicien ne disait rien, je me suis dit que c'Ă©tait un collĂšgue Ă  lui et je le laisse rentrer.
@Lorien_Angmar: (Vous le sentez lĂ , que c'Ă©tait une gigantesque erreur ?)
@Lorien_Angmar: Le technicien repart dans ma chambre faire son installation, et son collĂšgue chelou restait dans le couloir Ă  me regarder. Sans rien dire. Du coup je disais rien non plus. Mais je commençais Ă  me demander pourquoi y'avait besoin d'ĂȘtre deux pour rien foutre.
@Lorien_Angmar: Et lĂ , le mec parle enfin. D'une voix toute douce, il me lĂąche : "Tu pourrais me faire un thĂ© ? Il me faut du thĂ© lĂ ." Il avait l'air totalement dĂ©foncĂ©. Je bloque un peu, et il me lĂąche : "Ou une pipe hein, si c'est possible." Moi: DU THÉ C'EST BIEN DU THÉ JE VAIS FAIRE DU THÉ.
@Lorien_Angmar: Donc là, je pars faire chauffer une casserole pour le thé, avec des yeux encore plus méfiants que Pouletto. Me demandez pas pourquoi je l'ai fait, j'étais démunie. Y'avait Bob Marley pieds nus dans mon couloir qui voulait du thé, alors j'ai fait du thé.
@Lorien_Angmar: ET LÀ MEILLEUR MOMENT DE MA VIE. Le technicien sort de ma chambre en me disant : "J'ai bientĂŽt fini". Il voit le gars chelou assis dans ma cuisine avec son thĂ©, mon air paniquĂ©, il me prend Ă  part, et il me dit : "Mais il est Ă©trange votre ami, vous avez besoin d'aide ?"
@Lorien_Angmar: COMMENT ÇA "MON" AMI ?! (Je suis en train de rigoler nerveusement en l'Ă©crivant mais Ă  ce moment lĂ  je rigolais pas du tout)
@Lorien_Angmar: Et je lui fais : "Mais... Je croyais qu'il Ă©tait avec vous". Le technicien me dit non, et lĂ  on se retourne tous les deux vers le gars en mode : "Si il est pas Ă  vous ni Ă  moi, QUE FAIT CET HOMME DANS CETTE CUISINE ?"
@Lorien_Angmar: Le technicien me dit : "Bon je vais appeler la police dans le salon, et vous allez lui parler en attendant, pour pas qu'il réagisse mal." Je prends mes balls à deux main, j'y vais, il était toujours en détente totale avec son thé. Je lui demande ce qu'il fait là.
@Lorien_Angmar: Le gars m'explique en environ 5min vu le niveau de défonce : "Bah j'ai frappé à toutes les portes, mais personne voulait m'ouvrir, et puis j'ai vu votre porte ouverte et vous m'avez laissé rentrer." J'étais donc tombé sur Boucle d'or, version creepy.
@Lorien_Angmar: Sachez que le meilleur moment est Ă  venir. Je lui demande ce qu'il fait dans le quartier, et il me dit en toute dĂ©contraction : "Je traĂźne autour des universitĂ©s, pour vendre ma came, c'est hyper rentable. Des fois je trouve mĂȘme des filles qui font le job"
@Lorien_Angmar: Les filles qui font le job : "des meufs qu'il fait prostituer." Avec le technicien qui m'avait rejoint aprĂšs son appel, on Ă©tait lĂ  : "Ah oui, intĂ©ressant". Y'A UN GARS QUI RENTRE CHEZ MOI ET C'EST LE DODO LA SAUMURE DU QUARTIER VERSION DÉFONCÉ. C'est ça, ma vie.
@Lorien_Angmar: Et lĂ , les flics rappellent mon technicien, ils sont en bas de mon immeuble. Le technicien me fait un signe de tĂȘte, je comprends. Je dis au gars : "Venez on descend, on va vous raccompagner, vous avez l'air fatiguĂ©." Le gars remet ses chaussures et nous suit. NORMAL. DÉTENTE.
@Lorien_Angmar: J'arrive en bas, les flics nous attendent, je sors en courant et je hurle : "IL EST DANS LE HALL, FAITES UN TRUC, ARRETEZ LE, C'EST UN MALADE" Le self-control, c'est moi. Et lĂ , je me mets Ă  pleurer, pour couronner le tout.
@Lorien_Angmar: Les flics vont voir le gars, le technicien leur explique la situation, ils l'embarquent sans poser de questions (vous allez comprendre aprĂšs, c'est magique). Et les flics commencent Ă  m'interroger. Enfin ils essayent, les pauvres.
@Lorien_Angmar: Je pleurais toutes les larmes de mon corps, impossible de m'arrĂȘter. Les flics Ă©taient inquiets : "Il vous a agressĂ©e ? ViolĂ©e ? Il vous a demandĂ© de faire des choses ?" Moi : DU THÉ ! *pleure de plus belle*
@Lorien_Angmar: Et lĂ , un flic me dit cette phrase magique : "Vous pleurez parce qu'il vous a demandĂ© de faire du thĂ© ?" BAH OUI CONNARD, Y'A UN INCONNU QUI RENTRE CHEZ MOI, JE PENSAIS QUE C'ÉTAIT UN TECHNICIEN, C'ÉTAIT UN PROXENETE DEFONCÉ MAIS JE PLEURE PARCE QUE JE PRÉFÈRE LE CAFÉ.
@Lorien_Angmar: Le technicien qui Ă©tait restĂ© (le saint homme) vient Ă  ma rescousse en leur disant : "Bah c'est normal qu'elle soit choquĂ©e quand mĂȘme." Et le flic me dit : "Je comprends. En plus on le connaĂźt, ça faisait un moment qu'on cherchait Ă  l'arrĂȘter, mais on avait du mal Ă  le coincer."
@Lorien_Angmar: C'est pour ça qu'ils l'ont embarqué directement. Et là, on va faire une parenthÚse, mais si j'étais un proxénÚte, et que je m'étais fait coincer par hasard dans un moment de défonce parce qu'une connasse laisse sa porte ouverte, j'aurais eu le seum.
@Lorien_Angmar: Voilà. En vrai j'en rigole avec vous, mais pendant des mois j'ai eu peur de rentrer, et de retrouver le gars devant chez moi qui m'attendait pour se venger. C'est jamais arrivé, et maintenant osef j'ai déménagé.
@Lorien_Angmar: Tout ça pour vous dire que si lundi prochain, le technicien se pointe avec un pote, il a intĂ©rĂȘt Ă  me prĂ©senter un extrait de son casier judiciaire avant de rentrer chez moi. VoilĂ . C'Ă©tait l'histoire de ma vie.
Score : 3899 / 33746 commentaires

📓💘 Le Death Note de l'amour

Frizouille: DEMAIN C'EST LE GRAND JOUR !
BBnours_: OUIII
BBnours_: Que la force soit avec toi.
Angristan: Y'a quoi Ă  @Frizouille ? :o
Frizouille: Alors laisse moi allumer la cheminée, mettre un plaid, je prends ma pipe en bois et installe toi car je vais te raconter l'histoire... Du Death Note de l'Amour, ou l'agenda magique
Frizouille: Tu es installé ?
Angristan: je suis en PLS sur un toit de formule 1
Frizouille: Ca veut dire oui.
Angristan: hmm
Frizouille: L'histoire commence au début de l'année scolaire. Votre Paul préféré est célibataire depuis bien longtemps, comme vous le savez.
Frizouille: Ses amis le savent mais sont tous en couple ! Ils ne veulent pas "laisser croquer" leur copine.
Frizouille: Un de ses meilleurs amis et voisin de classe, dénommé Julien, en couple depuis plus d'un an avec sa copine, a une révélation et notant ses devoirs dans l'agenda.
Frizouille: Il faut dire que Julien sortait avec une fille probablement bipolaire, qui peut sortir un "Je t'aime" puis 30 secondes plus tard "J'ai gaché un an de ma vie en sortant avec toi." bien sec et violent.
Frizouille: Quelle ne fut pas sa surprise en se rendant compte que les pages mal dĂ©chirĂ©es de son agenda correspondaient EXACTEMENT aux dates oĂč une embrouille entre lui et sa copine Ă©clatait. Du 1 au 4 septembre, une page mal dĂ©chirĂ©e, une embrouille, Le 8 septembre, une page mal dĂ©chirĂ©e, un embrouille. Plus la page Ă©tait mal dĂ©chirĂ©e, plus l'embrouille Ă©tait violente.
Frizouille: CoĂŻncidence ? Peut-ĂȘtre, mais les jours oĂč il n'y avait pas d'embrouille Ă©taint les jours oĂč les pages Ă©taient bien dĂ©chirĂ©es. Sans exception.
Frizouille: C'est lĂ  que Julien, lui mĂȘme abasourdi de cette illumination pense Ă  son voisin de classe.
Frizouille: AprÚs avoir expliqué la magie de son agenda à Paul, il lui dit :
Frizouille: "Paul. Je sais que tu es célibataire depuis longtemps. Nous venons de prendre connaissance du pouvoir de cet agenda. Je vais faire défiler les pages en éventail, et tu glisseras ton doigt au hasard à une page. La date choisie au hasard sera la date te ta mise en couple."
Frizouille: À ces mots, Paul se dit que ça ne peut pas ĂȘtre une mauvaise idĂ©e et dĂ©cide de tenter le coup.
Frizouille: Julien fait défiler les pages rapidement et Paul décide de glisser son doigt, sans réfléchir sur quelle date il peut tomber !
Frizouille: "17 Novembre, dit Julien. Pour ĂȘtre sur que ça soit bien toi qui se mette en couple, je vais te demander ton nom, prĂ©nom, date et lieu de naissance."
Frizouille: Paul donne tout sans broncher, presque mĂȘme en rigolant.
Frizouille: "Juste on peut réessayer de faire le test pour voir ?" dit Paul
Frizouille: Julien refait défiler les pages, encore plus vite cette fois. Paul glisse son doigt et bloque une page.
Frizouille: 17 Novembre. Ça ne pouvait pas ĂȘtre le hasard. Le destin envoyait un message. Il allait rĂ©ellement trouver l'amour ce jour lĂ  !
Frizouille: Les jours passent, de temps en temps Julien déchire mal quelques pages, et comme par hasard de petites embrouilles éclatent entre lui et sa copine. Pendant se temps Paul attend patiemment la date du 17 Novembre 2017, date à laquelle il sera enfin en couple.
Frizouille: La suite demain les enfants.
[Le lendemain]
BBnours_: Alors Paul t'as trouvé l'amour ? :)
Frizouille: Ta gueule.
Score : 965 / 22516 commentaires
Sabrina : Dis moi le premier mot non juridique qui te passe par la tĂȘte. Sans rĂ©flĂ©chir !
Sabrina : PastĂšque
Chmartin : Arbre
Sabrina : Juliette
Chmartin : Castor
Sabrina : Blanchisserie
Chmartin : Barbare
Sabrina : Locomotive
Chmartin : Poussin.
Sabrina : Haha ! Maintenant on écrit une histoire avec ces éléments
Sabrina : PrĂšs d'un champ de pastĂšques ...
Chmartin : Il y avait un arbre solitaire, penché vers le sol.
Sabrina : Passant par lĂ , Juliette ne pu s'empĂȘcher d'ĂȘtre attendrie par cette triste crĂ©ature
Chmartin : Son regard fut toutefois attiré par une petite créature qui troublait l'immobilité de l'horizon. Non, ce n'était pas un hobbit.
Sabrina : C'était un Castor ! Un petit castor arborant avec fierté sa petite chemise bleue à carreaux et ses nouveaux souliers verts.
Chmartin : En effet, sa mÚre travaillait à la blanchisserie du quartier, et jamais elle ne laissait son fils sortir de la maison avec des habits négligés.
Sabrina : Juliette demande au petit Castor : " Pourquoi cet arbre est il si triste ? Il doit avoir connu une bien malencontreuse aventure pour ĂȘtre si abattu "
Chmartin : Le castor, effrayé par la voix horrible de Juliette prit la fuite.
Sabrina : Juliette se saisit donc de sa hache ( une hache de poche qu'elle emporte toujours avec elle dans son sac Ă  main ) et court aprĂšs le petit castor malpoli, telle une barbare allant Ă  l'assaut de ses adversaires !
Chmartin : Le castor, pris de panique en sentant la salive enragée de Juliette lui gicler dans le dos alors qu'elle respirait comme un buffle blessé, se jeta sous une locomotive.
Sabrina : Arrivé sur les lieux du drame, Sergent poussin , policier de son état dit " Pauvre castor, on peut dire que la locomotive lui a fait ... Barrage !"
Chmartin : Ahahah quelle belle histoire
Sabrina : Je pense qu'on devrait définitivement abandonner l'idée d'écrire un livre pour enfant ensemble cela dit ...
Score : 2013 / 38518 commentaires