Favoris de Krokette

La disparition 2 💍🤯

@LabrunePierre: Un ami nous ayant fait remarquer, à mon frère et moi, que Georges Perec avait une tête à porter l'anneau unique, nous avons entrepris de réécrire Le Seigneur des anneaux comme s'il s'agissait de la disparition :
@LabrunePierre: Frodo Baggins au Mont Fatal annihila un bijou d'or puissant, accomplissant ainsi sa mission. Marchant, il combattit Nazguls, Orcs, Balrog.
@LabrunePierre: Gollum, vil kobold pourtant plus malandrin qu’assassin, voulait à tout prix son brillant. Il croqua la main du hobbit, lui rabiotant ainsi un doigt, mais chut aussitôt au fond du volcan.
@LabrunePierre: Sam, sous l’air balourd du quidam pissotant du haut du compost au fond du jardin, avait plus d’un tour dans son sac. Il talocha par trois fois du ciboulot d’Uruk Hai, sauvant ainsi son ami Frodon d’un futur pourri ou d’avoir son croupion bouilli.
@LabrunePierre: Aragorn, roi sans donjon, rôdait tant au Nord qu'on lui donna "Grand-pas" pour surnom. Il avait, du fait d'Isildur, droit sur Gondor ainsi qu'Arnor. Mais pour qu'on vît un grand roi dans son profil, il lui fallait avoir raison du roi noir Sauron au bijou d'or puissant.
@LabrunePierre: Gandalf, grisonnant chaman au bâton puissant, savait tout du roi Sauron, du vil futur pour Gondor si Frodon achoppait dans son combat. Il soutint un quatuor d'Hobbits, un duo d'humains, un nain ainsi qu'un grand individu blond maniant l'arc.
@LabrunePierre: Alors qu'on ouit dans un canyon dans Rohan un cor tonnant pour la fin du combat, pour le sang, pour la mort, Gandalf arriva au point du jour. Il avait, l'accompagnant, moults soldats cavalant. Il occit, son ost suivant son pas, maints Uruk-Hai travaillant pour Saruman.
@LabrunePierre: Du sang*
@LabrunePierre: La smala du joyau comptait un quatuor d'hobbits aux arpions poilus, un simili Albus charlatan a Poudlard, un roi pas mal maudit, un grand blond l’air un brin tata, un nabot bourru, barbu, barbant, un figurant du roi pas folichon du ciboulot.
@LabrunePierre: La Moria fut un nadir. À Kazad-dum un pont fut fatal à Gandalf. Un Balrog, obscur rogaton qu'oublia Morgoth, pourchassa nos compagnons. Gandalf, grandi par son pouvoir, fit front. Brandissant son bâton, il dit :"Tu n'iras pas plus loin." Kazad-dum cassa.
@LabrunePierre: Radagast, futal brun, maillot marron, pouvoirs paranormaux un brin tocards, avait pour compagnons huit lapins (plus trois plus un) ainsi qu’un piaf chiant sur son gibus mou. Sans jamais faillir -ni rougir du guano malodorant - Brown Majax glissait sur son char à lapins.
@LabrunePierre: (Pour qui adora un film sur un Hobbit)
@LabrunePierre: À Fangorn, bois joli mais pas tout à fait charmant, squattait un ramassis d’acajous, pins parasol, buis, houx, fort costauds mais ni vifs ni bavards.
@LabrunePierre: Pour autant, quand Pippin arriva à la tour du marabout pâlichon suivi du gang d’acacias - plutôt pas du gabarit bonsaï - pour lui pourrir l’occiput, Saruman comprit qu’on allait plutôt lui ravir son palantir.
@LabrunePierre: Ayant franchi la Moria, nos compagnons - moins Gandalf donc - vont dans un bois aux frondaisons d'or. Là vivait la Noldo qui quitta Valinor. Commandant aux Galadrhim, la nana avait un grand savoir du fait du miroir qui l'aidait à agir.
@LabrunePierre: Convaincu qu’il n’avait pas à mourir à la façon du fiston Boromir, l’ingrat faux roi du Gondor ordonna illico à son fils suivant, Faramir, d’agonir plus loin.
@LabrunePierre: Faramir, las mais pas couard pour autant, partit donc pour Osgilitath. Là il souffrit quand un trait fit un trou dans son camail puis dans son cou.
@LabrunePierre: Angmar avait un tyran, noir Nazgul, qui volait sur un dragon. Lors du combat à Minas Tirith, il fondit sur l'ost du Gondor, du Rohan.
@LabrunePierre: L'iris brûlant du tout-puissant Sauron fixait tour à tour Frodon puis la baston opposant Aragorn aux Nazguls.
@LabrunePierre: Or la zouz du Rohan, qui passait pour un gars, ôta son foulard, sortit son dard, dit au tyran d'Angmar: "Fi du vaticinant qui dit qu'un couillard faillirait au combat à mort. Zouz suis, crains-moi donc."
@LabrunePierre: Un choc bruyant ! Bazar sans comparaison ! Rohirrim sur canassons, courroux d'orcs, nains hurlant à la mort, haradrim sur oliphants (ou mumakils, s'il vous plaît plus) ici, morts-vivants là...
@LabrunePierre: Assourdissant brouhaha martial mais pas d'agitation pour Brandibouc, tapi dans son trou. Soudain, il saisit son schlass, tranchant dans du vilain jambon, dans la chair d'Angmar.
@LabrunePierre: Fort loin du souk du Gondor, Tom Bombadil passa son chandail d'azur, chaussa kroumirs curcuma (ou chaussons safrans, kif kif pour un gai luron), ajusta son barda puis partit gambadant haut sur un galgal du pays Cardolain.
@LabrunePierre: Nul tracas sur son front toujours doux. Il n'a pas grand rapport au schmilblick.
@LabrunePierre: Dur dur l’amour pour la go d’Aragorn. Un choix issu du Cid !
@LabrunePierre: Son daron, baron d’Imaldris, voudrait fuir aux ports gris : futur infini mais rasant.
@LabrunePierre: Ou abandonnant tout pour son mari qui doit avoir au front un joyau d'or battu (un jour, inchallah), gros swag royal pour six fois dix ans au Gondor mais sûr d’y mourir croulants, grisons, humains.
@LabrunePierre: La nana qui pourrait voir à l'infini saisons, ans fait à la fin son choix. L'amour ravit son palpitant. Toujours l'amour, toujours souffrir, toujours mourir.
@LabrunePierre: Trois joyaux pour trois grands rois aimant ouïr du luth sous l'azur,
@LabrunePierre: Cinq plus un plus un pour rois nains vivant sous roc dans grands palais,
@LabrunePierre: Cinq plus trois plus un pour humains allant mourir,
@LabrunePierre: Un pour un noir tyran sur son noir divan,
@LabrunePierre: Au pays du Mordor où l'obscur couvrit tout.
@LabrunePierre: Un joyau commandant tous, un joyau trouvant tous,
@LabrunePierre: Un joyau apportant, liant tous dans la nuit,
@LabrunePierre: Au pays du Mordor où l'obscur couvrit tout.
@LabrunePierre: Gandalf, toujours gris mais alors quasi-craintif, cria à Frodon : “Diamants, rubis, or, tout paraît vain par rapport au rond joyau du malin Sauron. Il corrompra ta passion, mauvais don du tonton."
@LabrunePierre: (Ton scribouillard trouva l'inspiration pour la conclusion dans l'art qu'un avocat normand consacra au soldat qu'honnissait Pacorus.)
@LabrunePierre: À Cirith Ungol, col sur un mont surplombant Minas Morgul, Sam, Frodon, suivant Gollum, sont dans l'humiliation. Gollum a trahi. Un arachno-titan qu'Ungolianth mit au jour, suintant l'ichor, du pus, du poison plus nocif qu'Upas, attaqua.
@LabrunePierre: Brandissant un lampion qu'offrit la nana au miroir, nos Hobbits font fuir l'abomination. Plus tard, profitant d'un instant où Frodon n'a plus Sam pour lui garantir son salut, l'affront ord aux proportions sauta sur l'hobbit guignard. Du fil, un cocon, voilà Frodon un gigot !
@LabrunePierre: Un bois grouillant d’orcs à tribord, un banc aux gravillons arrondis à babord, voilà nos amis hobbits, duos d’avortons rabougris mais saufs, tapis dans un canot voguant sur un grand rû bruyant, là où l'Anduin choit au Rauros. Frodon pagayait, Sam, assoupi au fond du kayak, ronflait.
@LabrunePierre: Là Boromir, vrai Roland du Gondor, connut sa fin quand il sonna du cor. Sarrasins ? Point ! Mais Uruk-Hai arborant la main du tyran d'Ortanc sur son pavois.
Score : 1293 / 70853 commentaires
Latif : Sinon moi j'étais en histoire et la prof dit que j'avais un exposé a faire et que je l'ai pas fais. J'avoue, j'avais complètement zappé. Du coup, j'improvise en disant "ça tombe bien je l'ai là !" *sort un post it bleu*
Hezul : Coup de bluff classique, quand même...
Latif : J'ai parlé de "l'influence des jeux vidéos sur le comportement humain a travers le temps". Tout le monde dit que GTA rend violent, toussa...
Latif : Donc moi j'ai parlé de la naissance du jeu vidéo, avec des inspirations de différents sites du web dont so do myth.
Latif : Je démarre avec le premier jeu, quoi, Pong, qui consistait en un affrontement entre Amerique et Soviétiques pour rejeter un pauvre vietnamien immigré carré
Latif : dans le but d'inculquer aux jeunes que "les vietnamiens sont méchants" a cause de la guerre du Vietnam
Hezul : C'est passé ?
Latif : Mais complètement. Du coup j'ai enchaîné avec la riposte asiatique avec Space Invaders, qui consistait a affronter de méchants assaillants americains venus du ciel a l'aide de la technologie (Hiroshima, Nagasaki, guerre du Vietnam...), et affirmait ainsi que la société Americaine "c'est le mal"
Latif : Or, ironie du sors, le jeu sur arcade était tellement bien que le japon fut contraint de créer davantage de "yens" en pièces, plongeant ainsi complètement dans le capitalisme.
Latif : Sautant sur l'occasion, les americains les enchainent en récupérant "pac man"
Latif : qui encourage la consommation (les pac gum) du gentil citoyen zt d'éviter les gens les empêchant de consommer davantage, les méchants fantômes soviétiques
Latif : (on voit a leur regard qu'ils sont soviétiques)
Hezul : En effet. Et le leader est rouge.
Latif : Les soviétiques, justement, ne PEUVENT PAS laisser passer ça et créent donc Tetris, qui fait l'apologie des biens communs, et donc du COMMUNISME
Latif : Devant le danger engendré par ce jeu, les Americains s'arrangent rapidement pour récupérer la licence et donc, ainsi, démolir tout le message "communiste" contenu en elle. Ils sortiront par la même occasion Madame Pac Man destinée a ramener sa première licence sur les devants de la scène.
Latif : Mais, constatons le, madame Pac Man créé a la base pour montrer "l'ouverture du marché au femme" et "la fin du sexisme" est un énorme coup monté !
Latif : En effet, madame pac man est BEAUCOUP plus compliqué que son homologue masculin o_o
Hezul : Mais c'est vrai !
Latif : Démontrant ainsi qu'il est beaucoup plus dur pour la femme de s'en sortir dans la société de consommation et, pourtant, pour un résultat INFERIEUR
Latif : car beaucoup de versions de "madame pc man" possèdent DEUX PAC GUM EN MOINS sur l'ecran o_o
Hezul : O_O !
Hezul : UNE HONTE !
Latif : Oui, un scandale
Latif : Bref dans la salle, le truc hilarant, c'est qu'il y a des gens qui y croient au fur et a mesure dur comme fer
Hezul : Ouais, enfin... sont un peu pas doués dans ta classe en même temps...
Latif : La prof qui se laisse prendre au jeu en se disant qu'on vit dans un monde corrompu !
Latif : D'autres qui critiquent en disant que c'est faux, toussa, mais s'ils avaient captés ils réagiraient pas ainsi
Hezul : Mais genre elle t'a pas interrompu, la prof ?
Latif : Si, quand même. Quand j'ai commencé à dériver sur le satanisme des pokémons et la zoophilie encouragée par Mario.
Hezul : Ah, oui, là quand même
Latif : "... mais, ce que vous dites... ça n'a jamais rien changé aux idées de ces pays !"
Latif : Je l'attendais, là ! Pan les deux pieds dans le plat !
Hezul : O_o
Latif : Je rétorque : 'EXACTEMENT ! è_é"
Latif : "Donc qu'on arrête de nous bassiner avec le fait que les jeux vidéos INFLUENCENT LES JEUNES ET LES FONT DEVENIR VIOLENT nom de dieu è_é"
Latif : "Ça n'a jamais fonctionné, et ça ne fonctionnera jamais, c'est que du pipeau débité par des politiciens en manque de causes"
Latif : ... Pan, je place la vraie critique a la fin en deux phrases : Applaudissement général Q.Q
Latif : Je suis trop content Q.Q
Latif : J'ai pwnd la prof elle y a cru a fond Q.Q
Hezul : Moi je dis : GG
Score : 18736 / 119535 commentaires
Anathème : J'admire la vivacité tudesque de ton intelligence. Sincèrement, je ne pensais pas que ma soeur ferait conquête d'un esprit si lumineux !
Jojo l'asticot : Merci beaucoup !
Jojo l'asticot : (Tu sais, t'es pas obligé de chercher à chaque fois des phrases bizarres pour faire un compliment... Sois simple, bordel ! Je ne vois pas à quoi ça sert d'utiliser toujours des tournures et des mots bizarres...)
Anathème : Tu n'as pas idée des plaisirs que permet de goûter une affectation de recherche dans l'expression !
Jojo l'asticot : C'est le moins qu'on peut dire xD
Anathème : Tiens, je vais te donner un exemple :
Anathème : Récemment, je suis convoqué par ma supérieure qui, mécontente de l'immoralité relative d'une de mes dernières initiatives, souhaitait m'accabler, comme c'est d'usage, d'un pénible sermon. Le prêche achevé, elle s'enquiert de mon sentiment, évalue ma bonne réceptivité. Je lui réponds : "Je vous avoue que je n'avais pas vu alors la chose sous cet angle. Vraiment, il y a, dans votre manière de voir, une lucidité, une finesse, un tour d'esprit, un je ne sais quoi de stercoraire enfin qui n'appartiennent qu'à vous, et il faudrait que je fusse bien borné dans mes opinions pour ne pas donner tout leur prix à vos remarques."
Anathème : Ce sur quoi elle se montre très contente de ma réponse, flattée de me voir reconnaître si facilement mes torts et ses raisons.
Jojo l'asticot : Ouais, en gros, bien parler ça te sert à faire de la lèche élégament et ici à flatter l'égo de tes supérieurs pour te sortir des situations périlleuses. Je trouve ça d'un intérêt un peu limite quand même.
Anathème : Tu n'y es pas tout à fait. Tu es tombé dans le même piège qu'elle !
Jojo l'asticot : Comment ça ? o_O
Anathème : En réalité, ce que je lui ai dit est simple et se comprendrait facilement si le qualificatif "stercoraire" ne se trouvait planté en plein milieu de la phrase ; c'est pourtant autour de lui que s'articule le sens de mon propos. Or, cet adjectif que ni elle ni toi n'avez compris signifie quelque chose comme "c'est de la merde". Seulement, la tournure de l'ensemble, joint à l'orgueil, qui refuse de laisser percer l'ignorance et préfère deviner que chercher ou demander, lui ont fait croire que je lui adressais une réponse flatteuse. Pour résumer : je faute, on me sermonne bêtement, ce n'est pas de mon goût, je le dis, on m'en remercie et me quitte plus content de moi que jamais.
Anathème : Alors, tu vois !
Jojo l'asticot : !!!
Jojo l'asticot : Ha ha ! t'es un p'tit con en fait !
Anathème : Connais-tu beaucoup de gens capable de faire payer leurs insultes par des remerciements ? En tout cas, je peux te l'assurer : ça défoule de jeter ce genre de chose à la face de son supérieur, quand bien même on en est pas compris ! D'ailleurs, ce n'est possible qu'à cette condition le plus souvent.
Jojo l'asticot : C'est fourbe, mais c'est vrai que ça doit faire du bien !
Jojo l'asticot : Chapeau mec !
Jojo l'asticot : ...
Jojo l'asticot : Dis voir, tu me mets un doute du coup...
Jojo l'asticot : Tu voulais dire quoi tout à l'heure, avec la "vivacité tudesque" de mon intelligence ???
Anathème : Que je te trouve super lourd, même pour le copain de ma soeur...
Jojo l'asticot : Putain ! Mais t'es vraiment un gros connard de merde !
Score : 15555 / 116715 commentaires